Vivre l’Eglise des Batignolles – n°3 – 21 mars

Edito

Singulier. Pluriel.

Toutes les langues humaines distinguent les deux. C’est la somme des singuliers qui fait un pluriel. Ce sont nos singularités qui créent la pluralité. Face à ceux qui voudraient que le pluriel ne soit qu’un clonage d’un moule qui s’impose à tous, nous réaffirmons notre volonté de diversification. Chacun compte, chacun est singulier, chacun est irremplaçable. Rien ne serait pire qu’un pluriel qui ne soit pas pluraliste. Notre condition humaine nous porte à découvrir l’autre dans sa propre personnalité, dans sa propre histoire, ses racines, son devenir. Qui suis-je pour lui imposer une narration qui ne soit pas la sienne, une conviction qui ne soit pas la sienne ? Nous voulons défendre cette aspiration au pluriel avec ce que nous sommes, chacun.

lire la suite dans le VEB n°3 – 21 mars 2020 en téléchargement ici

Pour ce numéro, nous vous proposons  de :

  • Méditer : Une parabole sur le silence, citée récemment par nos amis de l’Église allemande de Paris
  • Réfléchir : Une proposition de typologie sur les différents types de spiritualités.